Créer un site internet
Le regard d'Angel

2018 27 avril - Synthèse

Toujours des résultats malgré l'abandon du père

"Après le départ de mon mari, en juillet 2016, j'ai eu peur que cela perturbe Angel, que cela le perturbe un peu plus dans sa vie et dans son évolution, que tout le travail, les efforts que j'avais fait de mon côté allaient partir tous en fumé.

J'ai été très peinée par la situation et surtout le déni d'amour que faisait mon mari sur ses deux fils à ce moment-là et depuis un certain temps... 

Faire face toute seule à tant de choses : tout gérer, camoufler ma peine en restant joyeuse, superviser Angel 6 ans et Brandon 16 ans très affecté et amaigri. Maintenant seule sans travail, je me suis sentie "larguée" avec mes trois garçons. 

Pour éviter les anti-dépresseurs et des consultations onéreuses chez des psychologues auxquels je n'aurais pas pu faire face financièrement dans le but d'oublier, en 2015 j'ai préféré m'inscrire à la BGE pour devenir écrivain public : ça n'a pas réussi car trop perturbée par la situation mon projet n'avait  pas abouti. J'avais trop maigri et j'étais devenue trop faible. J'avais perdu mes cheveux en parti. 

Eté 2015 encore, je m'inscris à FIDAL formation pour devenir secrétaire médicale, rien qui puisse m'apporter grand-chose mais surtout tout pour ne plus penser à ce qui venait de nous arriver ! J'ai fais mes 5 mois de cours intensifs, tous les matins je prenais le train MURET-MATABIAU, et j'eu l'examen de justesse en décembre 2015,  je ne pensais pas l'avoir, mon mari vivait encore avec nous, il se détournait complètement de nous.

Mon mari consommait au quotidien son alcool plus qu'à son habitude, il s'était réfugié dans son monde... nous n'existions plus pour lui, ni moi et ni les enfants, il était bel et bien ailleurs dans sa tête. Je ne cherchais plus à savoir s'il était victime d'un stress post-traumatique des soldats qui ont vécu des guerres, car il était parti en Yougoslavie... La psychérapeute que j'avais consulté m'avait dit que c'était une personne toxique : un manipulateur pervers narcissique... C'est vrai qu'il en a tous les symptômes et il est vrai aussi que ses deux fils l'un avec un retard de langage et l'autre TED c'était un échec pour lui, sa fierté en prenait un coup. Il était très dur avec le plus grand et très cassant. Je me retrouve seule Noël 2015 avec les garçons ma famille était venue. Leur père était parti en République Tchèque sans nous le dire...

2016, je passe un examen dans le relooking que j'ai obtenu toujours avec une très bonne mention et j'ai enclenché en suivant une formation dans la paye terminée le 8 juillet 2016 avec succès. Entre temps, je postulais à des offres d'emplois. Le 2 juillet 2016 mon mari était parti et le 4 juillet mon chef actuel m'avait laissé un message dans mon mobile pour me convoquer à un entretien d'embauche pour le centre de gestion de MURET, on m'avait aussi convoqué pour une autre place d'assistante de direction dans une clinique à Toulouse : un grand projet d'une alliance de 4 cliniques qui devaient se regrouper dans la banlieue Toulousaine dans un seul et immense bâtiment, on m'avait même montré mon futur bureau et ma place de parking et le plan du nouveau bâtiment. Le travail et la fonction me plaisait énormément.

J'ai pris MURET : le plus proche pour être avec  Angel.

Depuis le 4 juillet 2016, Je me suis reconstruite tout doucement, je me suis épanouie dans une fonction et dans une entreprise où j'ai l'air de bien prendre ma place et où je m'implique et je m'épanouie.

J'ai pris les devants depuis décembre 2017, car durant tout ce temps je ne m'étais pas aperçue que ma santé allait au plus mal et que je me détruisais, heureusement, une employée Liliane me soutenait au quotidien, ma situation l'avait beaucoup peinée, mais surtout elle s'apercevait que je dépérissais moralement et physiquement. Elle seule était au courant de mon histoire je l'avais tenu au secret... car je tenais absolument à camoufler mon état. 

Mon travail était vital, c'est pour ça que j'allais travailler même malade, si je manquais une seule fois mes pensées reprennaient le dessus sur moi et moralement je m'écroulais. En somme, les ragots et les plaintes que j'écoutais à longueur de journée venant de collègues qui sans cesse se plaignaient pour des futilités absurdes les uns des autres, me distrayait même si je trouvais ça ridicule, ridicule car je pense que ces gens-là ne connaissent vraiment pas les soucis réels qui peuvent détruire !

Depuis août 2015 j'avais cessé de m'alimenter normalement, mon taux d'hémoglobine était descendu à un tel point que s'il était passé à 7 c'était la transfusion d'office ! Décembre 2017, j'eus des étourdissements, mon médecin m'a fait vite aller en clinique. J'ai passé mes vacances de Noël 2017 dans la clinique la plus proche de chez moi. Depuis, je fais des prises de sang tous les mois et je reprends vie, pour mes enfants, surtout pour eux. Brandon commence à aller mieux malgré qu'il soit triste."

J'ai tenu à évoquer une période très dure que nous avons subi avec mes fils, auquelle je dois encore faire fasse... Je n'ai pas essentiellement voulu narrer mon histoire dans le simple but de parler de moi, je l'ai fait pour démontrer l'aspect très dur auquel on avait été exposé les garçons et moi mais aussi j'ai voulu surtout souligner que malgré cette épreuve et bien elle n'a pas touché Angel ! 

ça été ma première pensée et angoisse, Angel s'est épanoui, il rit, il parle, ses résultats scolaires ainsi que son comportement à l'hôpital de jour se sont améliorés à une vitesse grand V.

J'ai voulu surtout démontrer qu'une mère est un pilier auquel l'enfant se rattache énormément, je n'ai jamais montré ma peine j'ai continué à vivre et à espérer à des jours meilleurs. Ma force fut d'aller au-delà de la stupidité humaine, celle de mon mari entre autre, et de me dire qu' Angel vit déjà un combat avec son TED il n'avait pas à subir d'autres combats alors j'ai tout tenté pour masquer le reste... La raison et l'amour pour mon fils l'ont emporté. Mon travail m'a beaucoup apporté, même malade j'allais travailler, c'était une nécessité pour moi. 

De son côté Angel, bien que j'ai dû un peu l'abandonner de par ma situation, a fait d'énormes progrès ! Il est radieux, émancipé. du fait qu'il est dû être autonome, sans que je sois derrrière lui comme avant, il s'est épanoui d'une manière extraordinaire que ce soit dans son comportement, son apprentissage où il excelle : Il adore les chiffres, il est en avance et il n'a que des "très bien" comme note à l'école, ce n'est qu'en lecture car il ne veut pas lire devant la classe que les progrès ne se voyent pas, mais moi je le vois à la maison car il lit (Gaston la Gaffe !!!! mais au moins il lit !), je surveille la conjugaison, même au niveau de son vocabulaire je le trouve assez riche et recherché, mais comme me le disait l'orthophoniste de l'hôpital de jour Angel a besoin d'un simple vocabulaire très riche qu'il ne connaît pas encore. Lors de la dernière réunion à son école, on a parlé qu'il avait des soucis dans tout ce qui est l'abstrait. 

Quand je vais le chercher à la garderie du soir, je le vois jouer avec les autres enfants à des jeux collectifs, à des jeux de réflexion... Pour moi tout ceci c'est la plus belle des récompenses car je culpabilisais toujours de l'avoir laissé se livrer à lui-même, tout seul, j'avais l'impression toujours de l'avoir laissé ! Au contraire, il se gère tout seul, dans sa tête il a un programme déjà établi, nous communiquons dans des conversations qui me stupéfient : enfin nous communiquons ! Angel me suit partout, il est curieux il veut tout faire. tout explorer, il questionne, il se documente, il a d'ailleurs créé le plan de la maison en 3D de ses propres mains : avec du papier et du schotch !

Dans son école il est aimé et ça c'est énorme, ça l'aide à avancer. Il a des copains et des copines, il joue avec... Maintenant il va continuer sa scolarité en CM1 sans soins en hôpital de jour mais seulement qu'avec une AVS, pour moi c'est ma plus belle récompense.

En tout Angel s'est amélioré et ça c'est merveilleux  ! 

Maintenant j'avance sereine et heureuse.

Sandra B.

27 Avril 2018 -  Moralité : ne jamais perdre espoir quoiqu'il arrive !

Ne perdez jamais espoir pour votre enfant, écoutez-vous, écoutez-le.

Faites ce que j'ai fait : partez dans l'aventure d'un enfant pas comme les autres : le vôtre ! Acceptez sa différence.

Je bannis le mot handicap il n'est pas adapté à l'autisme. L'handicap est figé, l'autisme évolue change. Einstein n'était pas un handicapé il était différent et son héritage reste encore dans nos mémoires.

Je revois encore ce couple qui sortait d' un rendez-vous du Camps, je sortis en même temps qu'eux et j'ai eus une immense peine en voyant le père de ce petit garçon si dure envers lui, il marchait très loin de lui, la mère affichait une tristesse dans son visage... Le père traçait son chemin, le petit suivait derrière très loin avec difficulté à cause de son boitement.... Cette triste réalité démontre bien le rejet d'un des parents envers un enfant qui présente un handicap. J'ai su par la psychologue Sandra, que malheureusement, elle voyait beaucoup de pères qui lâchaient leur couple et que ce sont souvent les mères qui se retrouvaient seules face au problème. Heureusement qu'ils ne le sont pas tous.

les pères quittent leur foyer quand il y a un soucis physique ou mental avec l'un de leur enfant.  J'en avais parlé à l'époque avec Sylvie orthophoniste de mes deux fils, elle me disait que malheureusement elle en avait des exemples bien trop souvent hélas et qu'elle devait s'habituer à la bétise des parents ; elle me cita l'exemple de sa meilleure amie avec son enfant avec un autisme assez lourd et à devoir s'en occuper toute seule.

Je souhaite que mon exemple vous apportera du baume au coeur, pour moi l'aventure continu avec Angel, 19-6-2018 Aujourd'hui Angel a 9 ans il rentre en CM1, et je vais de surprise en surprise. 22-6-2018 Il est allé en sortie scolaire dernièrement voir à Carbonne les planètes, la maîtresse en me racontant comment Angel était plus qu'intéressé elle était très émue de me raconter tout ça, ainsi que la directrice et d'ailleurs je remercie grandement cette école, les enseignants tous confondus avec le personnel du CLAE, le centre de loisir.... De s'être impliqué pour aider Angel dans son évolution. Angel indirectement leur a permis de connaître ce qu'est un TED Autistique avec toutes ses particularités et d'ailleurs le Rectorat devrait plus former et informer les AVS à ce sujet car j'ai dû à chacune d'elle qui venaient chaque année pour Angel leur expliquer le trouble .

Lors de la conférence de Josef Schovanec une mère se plaignait que chaque année on attribué à son enfant une AVS différente... moi je dis que c'est très bien car il faut habituer ces enfants à accepter le changement car la vie est faite de changements, il faut au contraire les préparer à ça, c'est plus que positif pour l'enfant avec autisme.

Sandra B. 23 - 06 - 2018

Je voulais rajouter un détail très important : je ne regrette en aucun cas l'abandon du père, ou même, de m'être obstinée à ce que mon mari ne revienne plus vivre avec nous. Quand on a un enfant comme Angel il faut vivre de manière sereine, il ne faut surtout  pas avoir un obstacle autour de soi, ici c'était mon mari qui faisait un déni du fait qu'Angel ait un autisme et que Brandon ait un souci de langage qui aujourd'hui n'a plus lieu d'être et d'ailleurs aujourd'hui il s'exprime tellement bien qu'on ne s'aperçoit de rien. Cet abandon m'a rendu forte et m'a fait rencontrer et connaître des personnes formidables et m'a permis de continuer dans mes actions sans avoir face à moi une personne qui me contrait toujours dans mes décisions.

Sandra B 24 juillet 2019

Angel va avoir 11 ans, il passe en 6ème, il est très motivé, il est très affectueux et démonstratif, nous échangeons beaucoup, je dirais qu'il a été le seul de mes enfants à me suivre partout ! Dernièrement à table et devant les exploits de Paul et de Eric dans les "12 coups de midi" il m'a dit "_je veux gagner de l'argent et je vais travailler pour moi... à domicile !" je lui ai dit d'abord qu'il cherche vers quoi il souhaiterait travailler, il m'a dit qu'il allait y songer ! 

Sandra Biaggini, 16 avril 2020. (nous vivons tous les deux confinés suite au COVID-19).

 

Date de dernière mise à jour : 21/06/2020

Ajouter un commentaire